zhang-kaiyv-FmyIBz2JDHU-unsplash

Introduction

Ils ont plusieurs noms, on les retrouve dans de nombreuses cultures, traditions, ils prennent plusieurs formes, le travail avec eux est infini. Aujourd’hui je voudrais vous parler du petit peuple, des esprits de la forêt.

Il y a ce que l’on lit dans les livres, ce que l’on nous transmet, et aussi ce que l’on vit, ce que l’on expérimente.

Ce que je vous partage aujourd’hui est issue de connaissances théoriques et d’expériences. Mes connaissances viennent d’Islande (suite à un voyage dans ce pays où les fées ont une place toute particulière), de Scandinavie (là où je vis, les trolls ont une grande importance dans le folklore), de mes lectures de la feri wicca et d’autres auteurs.

En ce qui concerne mon expérience elle est d’abord reliée à la magie élémentale, c’est la voie que j’ai choisi, et qui m’a choisi aussi, le travail des éléments et points cardinaux est pour moi fondamental dans ma pratique. Que ce soit pour créer mes cercles sacrés, mais aussi dans mes rituels, sortilèges, prières, offrandes. J’ai très vite fait le lien avec les élémentaux, et le petit peuple. Très vite est arrivé également le travail avec les arbres. Quand je me suis tournée vers des pratiques wiccannes, c’est la feri wicca qui est venue à moi comme une évidence, la place de la sorcellerie des campagnes, des élémentaux, du petit peuple, est très présente dans cette tradition.

Pour ma part je vois le petit peuple et le comprends comme la puissance de la nature personnifié, dans ce que je dis là il n’y a aucune vérité absolue, juste ma vérité d’aujourd’hui.

Je vous invite donc à explorer avec moi cette partie de la magie de la nature. J’écris ces mots quelques jours avant le sabbat de Beltane, qui est mon sabbat préféré, le moment où le voile entre nous et le monde des esprits, en particulier du petit peuple.

Qui est derrière le petit peuple ?

Certains relis le petit peuple à des divinités païennes, d’autres comment étant les esprits de la nature

On retrouve dans le petit peuple : ondines, lutins, efles, fées, nains, sylphes, gnomes, salamandres, sirène, ogre, géant

Suivant les cultures et traditions ils prennent donc des noms et formes différentes, je pense que l’essentiel est de comprendre qu’ils sont avant tout relier aux puissances de la nature : l’eau, le vent, le soleil, la terre, … Aux esprits de la natures : végétaux, arbres, pierres, …

Ils ne se rendent pas visibles facilement, la plus tard du temps ils restent cachés aux yeux des humains. Il existe de nombreux rites pour les honorer et espérer les rencontrer. Pour ma part, ce n’est pas ce que je recherche, je ne cherche pas à les personnifier ou les voir, mais les ressentir, les honorer, et travailler avec eux pour maintenir l’équilibre dans la nature. De manière générale, je pense qu’une humanisation de ces êtres n’est pas très réaliste. Nous avons besoin d’humaniser les puissances de la nature, en fées avec deux jambes et deux bras, en divinités qui nous ressemblent. Cela nous aide sûrement dans notre imaginaire, mais je ne pense pas que ce soit la réalité. J’aime penser que ce qui est, est, et que ce n’est pas nécessaire que j’en créé des images. Ce qui m’importe c’est d’écouter l’expression de ces puissances de la nature. Nous aimons le sens de la vue, avec les esprits de la nature, il faut ouvrir nos autres sens.

D’autant plus qu’ils peuvent être dans des dimensions différentes, dans des mondes différents, à l’image des divinités ou défunts.

Ce qu’ils représentent

Les esprits de la nature sont reliés aux éléments, certains les appellent les élémentaux, c’est pourquoi je travaille autant avec ces représentations, pratiquant essentiellement la magie des éléments.

Le petit peuple est donc l’incarnation des éléments (terre, air, eau, feu), mais aussi des forces de la nature (par exemple les Géants sont reliés aux montagnes, à des plantes, animaux, …

Ils accompagnent le cycle de la vie, de la mort et de la renaissance, le cycle du soleil, de la lune et des saisons.

Ni bon, ni mauvais, comme la nature ils sont changeants.

Ils maintiennent l’équilibre et l’harmonie

Ils sont porteurs de la magie et de l’énergie

Ce sont des esprits protecteurs

Origines

Beaucoup de légendes existent et expliquent leurs origines : il s’agirait de l’ancien peuple, de divinités, d’anciens druides

Essentiellement, on trouvera les origines de ces croyances dans les peuples germaniques, nordiques, scandinave.

Par exemple en Suède, dans la mythologie nordique, l ‘edda poétique explique la guerre entre Odin et les Géants. En Islande des routes sont détournées pour ne pas déranger la maison des fées.

On a perdu petit à petit ce lien à la nature, le folklore et les légendes du petits peuples, c’est aujourd’hui considéré le plus souvent comme des contes de fées. Mais à l’origine il s’agit de véritables croyances et cultes.

Les cultures du monde parlent des esprits, des êtres de la nature, de leur interaction avec les humains. On peut penser que ces interactions étaient beaucoup plus importantes et répandues à l’époque du paganisme, avant les religions monothéistes. L’Eglise catholique a condamné ces croyances et les a relié au satanisme (création des catholiques). D’ailleurs le Dieu Pan (qui représente l’esprit des arbres) a été associé à la figure du diable. Peu d’endroits ont conservés ces croyances dans notre monde occidentale, le pays où cela a été le plus conservé c’est l’Islande

Pour ma part c’est en Islande où cette croyance m’a le pus frappée. Cela a été mon premier grand voyage, l’Islande, ce n’est peut être pas pour rien … L’Islande regorge de contes et légendes autour des elfes, fées, nains, ondines et trolls. Plus de la moitié de la population a une réelle croyance en ces êtres de la nature.

Un exemple concret, c’est la route qui amène à Kerlingarfjöll, un lieu très touristique, pourtant la route qui pourrait être toute droite, fait un grand détour. Tout simplement parce que sur la route directe, il y a un rocher qui abrite des troll, les ingénieurs se sont refusés à le détruire, et donc la route fait un détour. A d’autres endroits des routes à deux voies passe à une voie, pour éviter de passer trop près d’habitation du peuple caché. Ce genre d’exemples, il en existe des centaines en Islande.

La culture celtique regorge également de folklore et croyances liées au petit peuple

Les différents esprits

Il en existe tant et il y aurait tant à dire, j’ai essayé de vous résumer ce qui me paraît essentiel à un niveau de découverte :

Les efles comme vous avez pu le voir, sont très présents dans les croyances islandaises, mais on les retrouve aussi dans la mythologie nordique. Les efles nordiques sont reliés à la Déesse Freya et au Dieu Frey. Ces deux divinités sont frères et soeurs, ils représentent la complémentarité, associés à la terre, la magie, la nature. En étudiant ces divinités on peut ainsi mieux comprendre les caractéristiques des efles : lié au soleil, à la fertilité, l’amour, le désir.

Les elfes et les fées sont souvent appelés dans des pratiques de sorcellerie pour les rites de passages et le parcours initiatique en général. En effet, les fées sont souvent associés aux pouvoirs secrets de la magie, elles peuvent initier à la sorcellerie. Dans certaines traditions païennes, comme la feri wicca, on les invite lors des Sabbats et Esbats, pour connecter les pratiquants à la sagesse de la nature.

Certains associent les efles et les fées à l’air, d’autres à la terre

Les gnomes sont également reliés à la terre, aux forces telluriques, au monde sous terrain. On les associe aux respect, à la persévérance, à la force, l’investissement et l’estime. Ils s’occupent des animaux blessés

Les trolls sont plus difficiles à étudier, parce qu’ils vivent dans les mondes sous terrain. Cependant on les relie aux petits tas de pierres que l’on peut trouver dans la nature, surtout en Norvège où il y a le plus de légendes sur ce peuple. Ce petits tas de pierres sont appelés “Krägntrolls”. Ils sont associés à la forc, à la terre et parfois au feu.

Les salamandres sont reliées au feu, on les retrouve au coeur de la terre. Elles représentent la volonté, l’audace, la puissance, mais aussi la joie

Du côté des ondines, reliées à l’eau, prennent leurs origines du côté des nymphes antiques. Ondines en référence à l’onde de l’eau, surtout des eaux douces, comme les rivières et les lacs. Elles sont souvent reliées à l’image de la sirène.

Chez les celtes ont retrouve les Korrigans, qui correspondent aux nains, il est dit qu’ils sont capables d’ensorceler. Ils sont reliés aux grottes et dolmens, mais aussi les sources et les fontaines. Contrairement à ce que l’on pense, ce ne serait pas les fées mais les Korrigans à l’origine des ronds de sorcières.

De manière générale, on retrouve dans la culture celtique des panthéons féeriques développés.

Les sylvestres sont présents dans de nombreuses mythologies, ils habitent les forêts et particulièrement les arbres. En Asie, on les appelle “Korama”. Selon leur légende, c’est eux qui provoquent l’écho que l’on peut entendre dans les montagnes.

Egalement liés aux arbres, on retrouve les Dryades qui sont issues de la mythologie grecques. On les relie en particulier aux chênes.

Commentaires(12)

    • Elodie Cristino

    • 5 mois ago

    Super intéressant ! Quels sont vos recommandations de libres sur le sujet ? Légendes, mythes, Celtes etc. Svp ? 🙂

      • Eclair

      • 5 mois ago

      je vous en parle bientôt dans un deuxième article 🙂

    • Orphéo

    • 5 mois ago

    Une merveille cet article. La magie féerique c’est une véritable Madeleine de Proust pour moi ^^ Des histoires que me racontait mon papa lorsqu’ont se promenaient en forêt quand j’étais tout jeune. Je replonge encore davantage dans ce milieu avec ton écrit. Superbe.

    • Alice Polcari

    • 5 mois ago

    Si passionnant, mais alors ce petit peuple, sont ils des esprits ? Je suis confuse sur ce point. Personnellement je les verrais comme des habitants de cette terre vivant dans une autre dimension.

      • Eclair

      • 5 mois ago

      dans ma croyance nous sommes tous des esprits, les humains, animaux, végétaux, le vent, l’eau, la terre, le petit peuple

    • Severine

    • 5 mois ago

    Très bel article enrichissant, et très instructif. Je découvre ce petit monde merci

      • Eclair

      • 5 mois ago

      merci beaucoup 🙂

    • GALLERAND nathalie

    • 5 mois ago

    Bonjour, merci pour ce partage. J e vais relever le défi et en suis ravie.
    Bien à vous

    • Sarah Durand

    • 5 mois ago

    Je trouve ce petit monde fascinant .
    J’aimerais vraiment approfondir toutes ces connaissances.
    Des livres a conseiller ?
    Merci pour ce partage 🙂

      • Eclair

      • 5 mois ago

      oui j’en partage dans le deuxième article sur le sujet 🙂

    • Anais Jeanpierre

    • 5 mois ago

    Grand merci Marie pour ce Mère Veilleux partage. Je les sens très honorés de lire cet article. Beaucoup de frénésie. Le mot sagesse et confiance me sont soufflés . Continue comme ça. 😉 .

    Les petits, les cachés, les discrets, les enfants d’hulds …..

    Gratitude

      • Eclair

      • 5 mois ago

      merci pour ton message, je suis touchée 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.