ASTRO : Forces célestes de décembre 2019

C’est la fine plume de Z comme Zodiaque qui aujourd’hui vous conter le ciel de ce mois de décembre 2019. Un grand merci à elle ! Entre compte instagram, podcast et lecture du carte du ciel, vous pouvez la suivre par ici

Avant de nous interroger (dans une prochaine case de ce calendrier de l’Avent) sur la signification du solstice et de Yule, de la tradition religieuse qui s’y est greffée et de leurs occurrences astrologiques communes, jetons un œil sur les forces célestes spécifiquement à l’œuvre en ce mois de décembre 2019.

Le 2 décembre, Jupiter, notre génie de la lampe et notre meilleur ami, porteur de chance et de sympathiques claques dans le dos, qui nous assure sans cesse que « rien n’est impossible » et « qu’il n’existe aucune limite à notre aptitude au bonheur », quitte sa résidence principale du joyeux Sagittaire, pour pénétrer dans un territoire qui ne l’attendait pas…

Car le Capricorne est un signe de restriction, de rigueur, d’endurance, qui préfère l’authenticité (fut-elle brute et froide) à l’embellissement forcé et à la dépense d’énergie trop dispersée. Jupiter y « chute » : l’astre de la dilatation et de l’expansion doit se contraindre, car il lui devient difficile d’effectuer la mission cosmique dont il est pourtant le garant : notre épanouissement dans le collectif. Il est notre part de charisme charmeur et d’enthousiasmante convivialité. Mais en Capricorne, sur les pentes abrupts d’une montagne enneigée où chacun économise ses forces pour survivre, ses éclats de rire sont étouffés par la rude tempête au-dehors ; et ses grands banquets où l’on danse et ripaille et s’esclaffe semblent tout à fait déplacés lorsque l’heure est au survivalisme, dans un environnement de glace où les vivres sont rationnées et où l’on risque de succomber à l’hypothermie… 

Alors Jupiter s’adapte. De bienfaiteur, il passe à chef des armées. Il abandonne son sourire chaleureux et organise le camp spartiate  dressé à même la montagne. Moins joyeux, plus discipliné. Moins dépensier, plus économe. Moins exubérant, mais plus charismatique… Car on ne lui a pas retiré sa confiance légendaire, ni son optimisme caractéristique. Celui qu’il n’existe pas de hiérarchie ou de manie si pesantes qu’elles ne puissent être gaiement bousculées…  

Jupiter salue Vénus (qui l’a précédé et accomplit ce mois-ci sa marche froide mais purifiante, jusqu’au 20 décembre où elle troquera sa tenue de randonneuse pour celle d’une séduisante mais insaisissable extra-terrestre, en signe du Verseau), et distingue au loin, Pluton et Saturne, réunis en Capricorne, si proches qu’ils seront parfaitement conjoints le 12 janvier 2020… Saturne, dans sa résidence principale, aspire à nous structurer (comme individus et comme société) à l’aide d’une organisation solide et pérenne résistant à l’usure du temps. Quant à Pluton, sa mission est de détruire ce qu’il estime sale, périmé, moisi et grotesque. Ensemble, ces deux « pas-joyeux » du Zodiaque s’apprêtent à faire table-rase de tous nos actes inconséquents, fous et déresponsabilisés, laids et toxiques. Et cela vaut tant d’un point de vue sociétal (Pluton mettant 250 ans à faire le tour du Zodiaque), que d’un point de vue personnel, en particulier pour les personnes dont l’énergie Capricorne est particulièrement active dans leurs cartes du ciel de naissance… 

Aucun ne s’encombre de tendresse ni de pincette : Pluton démasque et purge la noirceur accumulée, tandis que Saturne jette les encombrants dans le vide ! L’effondrement d’un système obsolète s’ourdit pendant tout décembre… 2020 apportera véritablement son lot d’implacables changements avec lesquels il faudra composer pour gagner en force et en maturité, abandonner les passions ET l’obsession d’un ordre implacable pour pouvoir construire (enfin !) un nouveau monde. 

Pour nous préparer à cette conjonction pluto-saturnienne de janvier, une éclipse solaire marquera le début du processus le 26 décembre. En Capricorne, la vitalité solaire se fait ambitieuse et stratégique, en quête d’ascension et de victoire venant par les efforts accomplis. Quant à l’intuition lunaire, elle devient moins instinctive (le Capricorne étant la destination opposée de sa résidence principale du Cancer), mais affirme son besoin immense de protection matérielle qui pourrait véritablement la sécuriser.

L’éclipse nous interrogera ainsi : est-ce que notre parcours actuel, et les objectifs que nous nous sommes fixés, répondent véritablement à l’irrépressible nécessité d’établir un sentiment de sécurité intérieure, des bases solides sur lesquelles s’appuyer pour grimper au plus haut de la montagne du Capricorne ?

Un mois de décembre peu enclin aux célébrations déchaînées, donc… mais particulièrement propice à la rédaction de nouvelles résolutions !

Pour retrouver Z comme Zodiaque sur Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.