photo-1458225472243-bc6325b1fa5c

Ce sabbat est célébré le 2 février et il est souvent lié à la célébration de la déesse Brighid. C’est le moment de l’année entre le solstice d’hiver et l’équinoxe de printemps.

Imbolc est une fête païenne qui a plusieurs noms suivant les cultures. Par exemple, en Irlande elle s’appelle Oimelc qui veut dire “lait de brebis”. Dans la tradition romaine on célèbre la Lupercalie, en Egypte il s’agit des Candelmas.

C’est la sabbat qui annonce le printemps, il est associé à la purification, à la fécondité et au pouvoir de la lumière, du soleil. La terre s’éveille lentement.

C’est le moment où l’on renouvèle les énergies, on termine la réflexion de l’hiver pour penser aux graines que l’on va planter.

Comme de nombreux Sabbats, ils ont été repris par les Chrétiens qui l’appellent la Chandeleur. Petite anecdote, les crêpes sont en fait un symbole païen, ronde et jaune elle symbolise le soleil !

La célébration d’Imbolc au fil de l’histoire:

Chez les romains :

Voyageons jusqu’à Rome, où à cette période de l’année on célèbre les Lupercales un temps de purification le 15 février. Au centre de cette fête il n’y a pas de divinités mais les fondateurs de Rome : Romulus et Rémus. La légende raconte qu’ils ont été élevé par une louve dans une grotte nommée “Luppercale”

Chez les Égyptiens :

On y célèbre Nout le 2 février, une figure maternelle qui au lever du soleil prenait le nom de Khepera et la forme d’un scarabée.

Chez les Celtes :

On allumait de grands feux pour aider la terre à se réchauffer, pour honorer le soleil et l’éveil de la nature. C’est aussi le moment du grand nettoyage ! Si on célébrait ce moment de l’année, ce n’était pas sous le nom d’Imbolc.

Brighid, figure centrale :

Lorsque l’Irlande s’est convertie au christianisme, il était difficile de convaincre le peuple de se débarrasser de leurs anciens dieux, alors l’église leur a permis de vénérer la déesse Brighid comme une Sainte, c’est pourquoi on peut parfois se mélanger entre la déesse et la Sainte. Brighid de Kildare est donc aujourd’hui une des Saintes patronnes de l’Irlande.

Les feux allumés à cette période sont aussi en lien avec Brighid qui est la gardienne du feu sacré, de la maison et du foyer. C’est pourquoi pour l’honorer on prévoit purification et nettoyage. D’ailleurs on l’appelle aussi Brid, la brillante !

Lorsque l’on faisait les feux en extérieur, on laissé la cendre près de chez nous, pour voir le lendemain matin si Brighid avait laissé une trace de son passage.

Chez les Ecossais on retrouve la célébration de Brighid qui était vue comme une divinité qui était plus ancienne que la terre elle même.

Elle inspire également à la créativité, avec la fertilité du printemps qui arrive.

Païens :

De manière générale, dans les sociétés agricoles, c’était la période de l’année où l’on préparer l’agnelage de printemps. On fait le point sur les stocks, on prépare les graines à faire germer pour le printemps.

Etymologiquement, il existe divers significations de Imbolc, et parmi elles « in milk », en accord avec la période de lactation du bétail. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est de coutume de verser du lait sur la Terre lors de la célébration d’Imbolc, pour représenter symboliquement la fin de l’hiver, le retour à la vie et le printemps. Mais le terme de « chandeleur » n’est pas étranger à cela non plus, puisqu’il découle du mot « chandelles ». En effet, Imbolc est une fête tournée vers le retour du soleil et l’on allume de nombreuses chandelles en hommage. Symboliquement, l’absorption de la lumière et de la chaleur est un moyen de transformation, de purification et de prospérité.

Symboles :

Les deux couleurs les plus associées à ce sabbat sont souvent le blanc et le rouge. Le blanc rappelle le manteau de neige présent à cette période dans les pays du Nord et le rouge symbolise le retour du soleil à son lever.

C’est aussi un sabbat relié à la couleur verte qui rappelle la couleur du manteau de Brighid.

Imbolc symbolise le renouveau, la renaissance, vous pouvez par exemple placer sur votre autel des éléments qui vous y fait penser. Pour ma part cela me rappelle les graines que l’on va planter. Il peut s’agir de bulbes de fleurs printanière comme les jonquilles.

Les symboles reliés à Brighid en général, avec des motifs celtiques, la croix de Brighid, croix celtique

La baguette est un symbole fort de cette période, mais également le chaudron et calice qui nous rappelle les sources sacrées, les eaux de guérison, associées à Brighid.

Birghid est aussi la déesse de la forge, on pourra donc la symboliser par un marteau ou une enclume

Imbolc est aussi relié à la guérison, vous pouvez vous référer à des symboles comme les herbes, l’eau, le serpent.

Enfin tout ce qui est en rapport avec le soleil !

Correspondances :

Les correspondances peuvent vous aider à créer votre autel, votre célébration, rituel, activités. D’autres articles sur ce sujet sont à venir pour vous accompagner dans le sabbat de Imbolc

  • Divinités : Brighid, Dagdà, Cernunnos, Cerridwen, Aengus, DEmeter, Frigg
  • Animaux : loup, ours, cerf, marmotte
  • Plantes & herbes : basilic, laurier, bruyère, gui, perce neige, bouleau, sorbier, camomille, baies
  • Pierres : améthyste, grenat, onyx, turquoise, jaspe, rubis
  • Couleurs : blanc, vert, bleu, orange, rouge, jaune, rose
  • Encens : oliban, canelle, myrrhe, santal
  • Planètes : Saturne, Uranus
  • Outils : outils de jardin, balai, croix de Brighid, lampes, chandelles, baguette
  • Tarot : arcane majeur 17
  • Element : feu
  • Rituels : Réveil, Bénédictions, Nettoyage, Bénédiction du foyer, Fertilité, Protection, Vérité, Baguette, Consécration, Souhait

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.